Poursuivant notre randonnée dans Barcelone, nous avons décidé de nous « attaquer » aux maisons Gaudi et au palais de la Musique , seulement de l’extérieur. Funeste erreur !!! .

Il est déjà tard en ce lundi. Nous aurions du en visiter au moins une, la Casa Battlo qui d’après les dires est la plus représentative de Gaudi. Ce sera pour un prochain voyage...

CASA MILA

Barcelone-1 1 (141)Nous arrivons devant la casa Milà du nom de l’homme d’affaire Pere Milà i Camps, un entrepreneur prospère qui l’a commandée à Gaudi en 1906. Elle est ironiquement surnommée la Pedrera (en espagnol carrière de pierre).

Le projet de Milà était de construire un édifice de grandes dimensions, de s'attribuer le premier étage pour sa propre résidence et de destiner le reste à la location.

Barcelone-1 1 (146)La façade fut couverte de pierres en forme d'arcs ondulés, qui furent retouchées peu à peu par les tailleurs de pierre jusqu'à obtenir la forme désirée par Gaudí

Barcelone-1 1 (138)En plus de la forme ondulante des murs de la façade, la présence de trente-trois balcons en fer forgé, d'une forme originale inspirée des algues marines, change l'ensemble en une œuvre d'art immense presque sculpturale.

CASA BATTLO : la fantastique et énigmatique maison d’Antoni Gaudí

Elle est située au sein de la Illa de la Discòrdia. L'îlot est ainsi nommé parce qu'il contient trois maisons rapprochées, dues à trois des plus importants architectes du Modernisme catalan, Lluís Domènech i Montaner, Antoni Gaudí et Josep Puig i Cadafalch. Comme les styles de ces trois architectes étaient très différents, les bâtiments contrastent entre eux et avec les constructions avoisinantes.

Barcelone-1 1 (152)La Casa Amatller est un bâtiment moderniste catalan de Barcelone construit par Josep Puig i Cadafalch en 1898 sur commande du chocolatier Antoni Amatller pour y établir sa résidence et la casa Battlo mitoyenne à droite...

Barcelone-1 1 (155)Casa Lleó i Morera de Lluís Domènech i Montaner : C’est un bâtiment magnifique de style Art nouveau, que Lluís Permanyer qualifia de " Palais de la musique catalane à petite échelle"

Barcelone-1 1 (143)Batlló demanda à Gaudí de détruire et de reconstruire entièrement l'édifice. L'architecte le convainquit de ne réaliser qu'une transformation de la façade. Cependant, l'intervention de l'architecte remodela en profondeur l'édifice. Il réorganisa les espaces, en développa l'éclairage et la ventilation naturelle, ajouta deux étages, remodela les combles et la terrasse.

Barcelone-1 1 (148)La Casa Batlló s'inscrit dans la vision naturaliste de Gaudí qui s'inspira du milieu marin. La variété des couleurs, la prédominance du bleu marine et de l'ocre des roches, confortent cette thèse.

Barcelone-1 1 (157)Le Passeig de Gracia compte 32 lampadaires-banc signé Falqués Pere, un architecte moderniste de Barcelone. Ces 32 unités, placées en 1906, disposent chacune à sa base d’un banc réalisé en mosaïque. Il s’agit d’une mosaïque faite de petits morceaux de céramique, qui permet à l’eau de pluie d’y glisser laissant ainsi ces carreaux toujours impeccables, ces bancs ne réclament donc quasiment aucun entretien puisqu’ils n’ont pas besoin non plus de peinture… Ils sont inusables !et très confortables...

banc fanalPhoto "empruntée" sur Internet

 

Palais de la musique catalane

Le Palau de la Música Catalana (palais de la musique catalane) est l’un des joyaux de l’époque Art Nouveau (appelé modernisme) si caractéristique de Barcelone.

Barcelone-1 1 (168)Il a été construit entre 1905 et 1908 par Domènech i Montaner. Ce célèbre architecte, qui a également édifié l'hôpital Sant Pau, fut le professeur d’autres très grands noms du modernisme comme Puig i Cadafalch et un certain Antoni Gaudí

Barcelone-1 1 (169)Ancien guichet réalisé à l'intérieur d'une colonne en mosaîque

Barcelone-1 1 (176)La façade latérale se termine par le groupe de sculptures la chanson populaire catalane de l'artiste Miquel Blay. Sur la moitié supérieure on trouve une sculpture de saint Georges. Un visage de femme est installé au milieu de la façade telle une figure de proue : c'est une allégorie de la musique.